Warning: Use of undefined constant ‘memory_limit’ - assumed '‘memory_limit’' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/29/d159555958/htdocs/printempschallans/wp-config.php on line 23

Warning: Use of undefined constant ’50M’ - assumed '’50M’' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/29/d159555958/htdocs/printempschallans/wp-config.php on line 23
Dans l'air du temps » Blog Archive » MĂ©lenchon PDGLa rĂ©volution au train de sĂ©nateur -->

MĂ©lenchon PDG
La révolution au train de sénateur

Écrit le 1 décembre 2008 par Jiceo

MĂ©lenchon-Dolez, un sacrĂ© duo de camelots! L’avènement du paradis terrestre n’a jamais Ă©tĂ© aussi proche, si l’on en croit leur numĂ©ro de posticheur samedi soir (29/11/08) au lancement du PDG (Parti de gauche) Ă  Saint-Denis.

«Encore des mots, rien que des mots, toujours des mots…» Jugez vous-mĂŞmes! Marc Dolez a ouvert le bal des hiĂ©rophantes. Sonnez tambours, rĂ©sonnez trompettes! «Nous voulons, et c’est notre feuille de route: augmenter le pouvoir d’achat, revaloriser les salaires, les retraites et les minima sociaux. Nous voulons le SMIC tout de suite Ă  1500 euros nets par mois et nous voulons indexer les salaires et les retraites sur le coĂ»t de la vie.» Ce morceau d’anthologie d’Ă©conomie politique passait en boucle sur France-Info dimanche. Il fallait l’entendre Saint-Marc scander ses revendications sur ce ton sentencieux qu’affectionnent les tĂ©lĂ©vangĂ©listes. TouchĂ©s par la grâce les fondateurs du PDG.

Parlementaire Ă  vie

AssurĂ©ment la politique n’a plus de secret pour eux. Et manifestement, par bonheur, l’Ă©conomie non plus. Tant et tant d’annĂ©es accumulĂ©es sur les bancs de l’AssemblĂ©e nationale et du SĂ©nat ça vous aiguise le regard sur les comptes de la Nation, non? On ne dit plus n’importe quoi quand on a cette expĂ©rience-lĂ . Ou alors ça sert Ă  quoi d’ĂŞtre parlementaire Ă  vie? Oyez, oyez braves gens les rĂ©jouissances ne font que commencer, car mĂŞme si les conteurs de bonne aventure ne nous encore ont rien dit sur les SDF, les mal-logĂ©s, les salariĂ©s Ă  temps partiel, les mères Ă©levant seule leurs enfants, les handicapĂ©s en recherche d’emploi… etc, il n’est pas question de les laisser au bord du chemin. Leur tour viendra dans cette orgie de dĂ©magogie.

«Venez Ă  moi, vous tous qui peinez et ployez sous le fardeau, et moi je vous soulagerai. » Don MĂ©lenchon de l’Effet de Manche et son compère Sancho Dolez nous ont enfin rĂ©vĂ©lĂ© leur petit secret. Le secret de tous les prĂŞtres dispensateurs impĂ©nitents de mots magiques flamboyants; non seulement conteurs de bonne aventure mais en outre ici contempteurs des comptes (mĂ©-comptes) de la Nation. Des rafales de mots magiques qui au final sont insultants pour leurs auditeurs.

Ou bien cyniques, ou bien inconséquents

Avec cette expĂ©rience-lĂ  qu’ils ont tous deux de l’action politique, il leur est impossible de raconter de tels bobards sans se moquer in-petto de leur auditoire. Eh oui, ils se sont contentĂ©s de dire «Nous voulons (augmenter le pouvoir d’achat, revaloriser les salaires, les retraites et les minima sociaux). Nous voulons (le SMIC tout de suite Ă  1500 euros nets par mois) et nous voulons (indexer les salaires et les retraites sur le coĂ»t de la vie).» Ils veulent, soit. Mais l’action politique cela ne consiste pas Ă  «vouloir». Nous le saurions s’il suffisait de dire «je veux» pour que cela soit. Dans ce pays qui au bout de vingt ans de chantier n’a toujours pas rĂ©ussi Ă  remettre sur pied le financement des retraites pour en assurer la pĂ©rennitĂ©, il est encore des clowns tristes pour « vouloir » en rajouter dans la dĂ©pense sans nous en dire davantage sur la manière de « vouloir » alimenter les caisses.

L’action politique consĂ©quente consiste Ă  se donner les moyens de mettre en Ĺ“uvre soi-mĂŞme ses propres prĂ©conisations. L’action politique cela consiste Ă  «faire» et Ă  Ă©valuer les rĂ©sultats Ă  l’aune des promesses. Mais lĂ -dessus les deux compères sont muets. Ils «veulent» et se contentent de « vouloir » comme des enfants-rois trĂ©pignent de dĂ©pit en criant « Je veux! Je veux! Je veux! » pour conjurer leur impuissance. Ils sont donc ou bien cyniques, ou bien inconsĂ©quents les fondateurs du PDG. Et probablement les deux, car nous retrouvons ici cette grande constance de la gauche française: mettre tout en Ĺ“uvre pour se prĂ©server d’avoir Ă  assumer les responsabilitĂ©s effectives du pouvoir. En interne comme en externe.

Diviser pour s’Ă©viter de rĂ©gner

La crĂ©ation d’une nouvelle chapelle est l’une des vieilles recettes. Diviser pour s’Ă©viter de rĂ©gner. En cultivant Ă  l’extrĂŞme la posture de la dissidence on entretient Ă  peu de frais le privilège de minoritĂ©. L’avantage est double. On s’offre ainsi une garantie Ă©ternelle contre toute victoire Ă©lectorale, et ce faisant on prĂ©serve sa vocation Ă  incarner la conscience morale du monde, Ă  colporter la bonne parole impunĂ©ment en laissant croire qu’on fait de la politique. Dans ce rĂ´le de procureur moral, on ne court aucun risque d’ĂŞtre mis en dĂ©faut sur ses promesses par l’exercice des responsabilitĂ©s. Quand on pratique le risque zĂ©ro en politique on ne fait pas de politique: on fait de la gestion de carrière, en se contentant de commenter la politique d’autrui.

Assez de ce crĂ©tinisme politique qui consiste Ă  dĂ©clamer sans fin des promesses inconsĂ©quentes! Puisque dès qu’on est Ă©lu on passe son temps en circonlocutions oiseuses Ă  justifier l’impossibilitĂ© de les mettre en Ĺ“uvre. LĂ  est la source du discrĂ©dit dans lequel patauge la politique. Assez de ce crĂ©tinisme politique qui consiste Ă  parler aux militants comme on parle Ă  des enfants. La rĂ©volution au train de sĂ©nateur, ça peut assurer une retraite moelleuse Ă  un activiste de salon; pas l’avenir du pays.

Creative Commons License Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Laisser une réponse

*