Warning: Use of undefined constant ‘memory_limit’ - assumed '‘memory_limit’' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/29/d159555958/htdocs/printempschallans/wp-config.php on line 23

Warning: Use of undefined constant ’50M’ - assumed '’50M’' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/29/d159555958/htdocs/printempschallans/wp-config.php on line 23
Dans l'air du temps » Blog Archive » Allemagne : les baisses massives d’impĂ´ts compromisesPlus les promesses Ă©lectorales sont girondes, plus elles sont prĂ©caires -->

Allemagne : les baisses massives d’impĂ´ts compromises
Plus les promesses électorales sont girondes, plus elles sont précaires

Écrit le 1 novembre 2009 par Jiceo

• « Allemagne : les baisses massives d’impĂ´ts compromises » annonce L’Expansion.com du 30/10/2009. Comme partout (dans les pays dĂ©mocratiques) l’Allemagne voit ses champions Ă©lectoraux d’un soir rappelĂ©s Ă  l’ordre par la matĂ©rialitĂ© des faits politiques, Ă©troitement liĂ©e Ă  la matĂ©rialitĂ© des faits financiers et Ă©conomiques. Comme une partie de la gauche voudrait s’affranchir de la pesanteur terrestre pour diriger le monde du haut de son nuage idĂ©ologique (Die Linke en Allemagne, le PDG ou le NPA en France) les nouveaux alliĂ©s d’Angela Merkel, ont cru pouvoir s’affranchir de la pesanteur terrestre en promettant des baisses d’impĂ´t: «24 milliards par an d’allègement fiscal». Rien que ça.

Eh bien comme la vieille gauche, la jeune droite apprend Ă  ses dĂ©pens que plus les promesses Ă©lectorales sont girondes, plus elles sont prĂ©caires. «AttaquĂ© de toute part, remis en question par les Etats fĂ©dĂ©rĂ©s, le grand projet du nouveau gouvernement allemand de centre-droit, de baisses d’impĂ´ts massives, vacille dĂ©jà» rĂ©sume l’Expansion. Avant mĂŞme d’avoir Ă©tĂ© lancé : l’histoire s’accĂ©lère. Du nouveau ministre des finances qui s’interroge Ă  haute voie sur l’incertitude Ă©conomique aux 16 Ă©tats fĂ©dĂ©rĂ©s qui s’insurgent contre ce projet qui pèserait sur leurs recettes fiscales le pays est loin de s’extasier sur la recette miracle. «Les Allemands eux-mĂŞmes n’y croient pas: selon le sondage politique hebdomadaire diffusĂ© par la chaĂ®ne ZFD. Ils ne sont que 29% Ă  attendre rĂ©ellement des baisses d’impĂ´t.»

Frasques verbales

Les Allemands ont voulu rompre avec la grande coalition dont le bilan pourtant est plutĂ´t flatteur mais pour re-dĂ©couvrir bien vite que dans nos sociĂ©tĂ©s complexes les marges de manĹ“uvre politique sont limitĂ©es. En France on est habituĂ© Ă  ces frasques verbales, entre le «Changer la vie» mitterrandien de 1981 et la dĂ©couverte soudaine de la «fracture sociale» par Jacques Chirac en 1995 ; après plus de 30 ans de vie politique tout de mĂŞme pendant lesquels il a occupĂ© les plus hautes fonctions. Mais bon. En tout cas on a dĂ©jĂ  donnĂ© et largement dans ce registre. Pourtant les Français ne s’en lassent pas davantage que les Allemands.

Comment faire pour s’affranchir de ses promesses Ă©lectorales tout en donnant l’impression de ne pas manger son chapeau ? Telle est l’Ă©quation de la quadrature du cercle politique, dans les dĂ©mocraties. On peut jouer Ă  vilipender nos hommes politiques, mais sont-ils les principaux fautifs ? Comme si l’expĂ©rience jamais ne dĂ©bouchait sur quelque leçon profitable, Ă  chaque nouveau scrutin les Ă©lecteurs s’abandonnent au charme des promesses les plus extravagantes, en se rangeant volontiers sous la bannière de la raison, cela va de soi, mais pour mieux succomber Ă  l’hypnose. Puis scenario invariable, au bout de quelques mois lorsque ces « incapables » sont obligĂ©s d’en rabattre sur leurs promesses, ils deviennent les nouvelles tĂŞte de turc. Les adorateurs d’hier se transforment en exorciseurs vaudou. Et au plaisir de l’insouciance succède le plaisir du dĂ©nigrement. A croire que c’est cela qui fait vivre un peuple, le loisir de brocarder sans limite les maĂ®tres qu’il se donne. Et que cela lui suffit. Panem et circences.

Creative Commons License Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Laisser une réponse

*