Warning: Use of undefined constant ‘memory_limit’ - assumed '‘memory_limit’' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/29/d159555958/htdocs/printempschallans/wp-config.php on line 23

Warning: Use of undefined constant ’50M’ - assumed '’50M’' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/29/d159555958/htdocs/printempschallans/wp-config.php on line 23
Dans l'air du temps » Blog Archive » Anne Hidalgo, bonjour tristesse -->

Anne Hidalgo, bonjour tristesse

Écrit le 12 janvier 2017 par Jiceo

« La maire PS de Paris Anne Hidalgo a dénoncé jeudi, dans un entretien au Monde (12/01/2017), « l’immense gâchis du quinquennat qui se termine » dont elle rend responsables à la fois François Hollande, Emmanuel Macron et Manuel Valls.

Anne Hidalgo, quelle tristesse! Serait-elle immortelle cette culture infantile sur laquelle le PS s’est construit? A croire que le double hĂ©ritage qu’il porte comme un fardeau, l’union incestueuses du molletisme et du communisme, constitue un handicap rĂ©dhibitoire. La fĂ©condation lors du congrès d’Epinay a enfantĂ© un monstrueux Programme Commun, chimère qui refuse de mourir. Presque un demi-siècle plus tard on a l’impression que rien n’a changĂ©.

« Selon moi, affirme la maire, il y a trois personnes responsables de l’immense gâchis du quinquennat qui se termine : François Hollande, qui a dĂ©cidĂ© de la politique Ă  conduire, (l’ancien ministre de l’Economie) Emmanuel Macron, qui a Ă©tĂ© son conseiller et l’inspirateur d’une pensĂ©e qui a très largement fracturĂ© la gauche, et (l’ex-Premier ministre) Manuel Valls. Ce dernier a portĂ© une vision autoritaire allant jusqu’à soutenir, avec le prĂ©sident de la RĂ©publique, la dĂ©chĂ©ance de nationalité ».

Le parti comme refuge d’un monde idĂ©alisĂ©

Reprenons l’extrait significatif : « …Emmanuel Macron qui a Ă©tĂ© l’inspirateur d’une pensĂ©e qui a très largement fracturĂ© la gauche ». On a lĂ , ramassĂ©e l’expression de cette vieille culture organisationnelle qui fait passer au premier plan et avant tout l’existence de la gauche en tant que parti, rejetant dans le nĂ©ant l’objet mĂŞme de l’existence d’un parti politique liĂ© Ă  sa nature de parti politique : gouverner. La pĂ©rennitĂ© du parti pour lui-mĂŞme, comme organisation sans lien avec l’objet de son existence, voilĂ  l’ambition suprĂŞme de la maire de Paris. Le parti comme refuge d’un monde idĂ©alisĂ© qui n’a jamais existĂ© mais qui procure un tel confort intellectuel!

Au fond, Anne Hidalgo prĂ©fère oublier que le PS est un parti de gouvernement et qu’Ă  ce titre il doit prendre le pays dans l’Ă©tat oĂą il est, en tenant compte des contraintes internationales telles qu’elles se manifestent. Anne Hidalgo prĂ©fĂ©rerait un PS Ă©ternellement dans l’opposition, statut qui institue un privilège de minoritĂ© lequel permet de conserver (seul dĂ©sir des conservateurs) son homogĂ©nĂ©itĂ© idĂ©ologique.

Et c’est cette luciditĂ©-lĂ , d’opposante perpĂ©tuelle qu’elle voudrait imposer au pays ? Tristesse.

Creative Commons License Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Laisser une réponse

*