Warning: Use of undefined constant ‘memory_limit’ - assumed '‘memory_limit’' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/29/d159555958/htdocs/printempschallans/wp-config.php on line 23

Warning: Use of undefined constant ’50M’ - assumed '’50M’' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/29/d159555958/htdocs/printempschallans/wp-config.php on line 23
Dans l'air du temps » Blog Archive » « Monde commun » de Christian Paul porte en lui la promesse de son Ă©chec -->

« Monde commun » de Christian Paul porte en lui la promesse de son échec

Écrit le 11 février 2018 par Jiceo

« Monde commun », le mouvement que lance Christian Paul… pardon je reprends. « Monde commun », le nom lancĂ© Ă  la cantonade par Christian Paul, accrochĂ© au rĂŞve de le voir Ă©merger en mouvement politique, porte en lui la promesse de son Ă©chec. « RĂ©inventer la gauche » telle est l’ambition revendiquĂ©e. Une gageure! Sa nature comme sa genèse en expriment l’antinomie.

Car pour construire un monde commun il faut d’abord s’astreindre Ă  partager des expĂ©riences en commun, Ă  partager des retours d’expĂ©rience. Construire un monde commun suppose une capacitĂ© Ă  tirer des conclusions constructives de ses propres Ă©checs, une capacitĂ© Ă  modifier son approche et son discours politiques Ă©clairĂ©s par l’expĂ©rience, toutes les expĂ©riences, les siennes comme celles d’autrui. Construire un monde commun suppose une capacitĂ© Ă  faire des concessions, capacitĂ© qui suppose elle-mĂŞme d’avoir acceptĂ© l’imperfection de sa propre perception. Pour faire « Monde commun », par dĂ©finition il faut s’astreindre Ă  confronter son approche avec d’autres non congruentes, avec pour seule certitude celle de savoir ne dĂ©tenir aucune vĂ©ritĂ©, dans le seul but de construire des dĂ©cisions politiques qui par leur nature propre sont inscrites dans l’espace et dans le temps, partielles et Ă©phĂ©mères, toujours. Nulle dĂ©cision politique n’a de caractère universel-intemporel. Sinon, il y a belle lurette que la politique aurait disparu. Toute instance dĂ©cisionnaire serait superflue puisque les sociĂ©tĂ©s humaines seraient Ă  chaque instant Ă  leur point d’Ă©quilibre. En attendant… il faut accepter de discuter ; de composer ; d’Ă©valuer ; d’ajuster ; de recommencer…

Groupuscules Ă  l’envergure d’un cabinet d’alchimiste

En pratique « Monde commun » est le dernier avatar d’une longue histoire. Tout ce que la gauche croit compter de forces vives est constituĂ© en rĂ©alitĂ© d’un agrĂ©gat de forces stĂ©riles, stĂ©rilisantes, davantage disposĂ©es Ă  se disputer les unes les autres que de faire Ĺ“uvre commune dans l’intĂ©rĂŞt du pays, de ses habitants. Depuis le dĂ©but de leur histoire elles s’adonnent avec dĂ©lectation Ă  la querelle, Ă  la scission, souvent avec emphase. Au nom de l’orthodoxie, Ă©videmment dont chacune serait dĂ©positaire! Las, en prenant un peu de hauteur on perçoit, horrifiĂ©, une nĂ©buleuse dont chaque petite composante n’a d’autre envergure que celle d’un cabinet d’alchimie, recroquevillĂ©e sur « sa » pierre philosophale: le verbe magique, antichambre du paradis terrestre annoncĂ©, chacune le sien tant qu’Ă  faire. Bref autant de compilations de grandes idĂ©es gĂ©nĂ©reuses destinĂ©es Ă  rester en l’Ă©tat, nuages de poussières rhĂ©toriques.

Le summum de l’incurie

Au fond « Monde commun » est un nouvel abus de langage, simple manifestation verbeuse de l’esprit de chapelle qui sape la gauche de l’intĂ©rieur depuis l’origine. Puissance inexorable de l’idĂ©ologie Ă©rigĂ©e en dogme. « Monde commun » arrive après « Le mouvement du 1er juillet » (2017) de Benoit Hamon qui a rĂ©ussi l’exploit de rebaptiser l’embryon devenu « GĂ©nĂ©ration.s » après seulement cinq mois d’existence. Les deux succĂ©dent Ă  la tentative d’Arnaud Montebourg au printemps 2016, de lancer son « grand projet alternatif pour la France ». Quoi de plus ridicule au final que cette prĂ©tention Ă  faire « monde commun » quand on se montre incapable dĂ©jĂ : a) de travailler en commun entre anciens frondeurs; b) de travailler en commun au sein du parti socialiste; c) de travailler en commun au parlement avec les partis de droite, au bĂ©nĂ©fice du pays? On atteint lĂ  le summum de l’incurie. Incapables de se parler entre elles, ces poussières de gauches voudraient cependant nous montrer comment faire « Monde commun ». Un peu d’humilitĂ© ne nuirait pas Ă  l’efficacitĂ©; l’humilitĂ© qui consiste Ă  afficher des ambitions Ă  la hauteur de ses moyens.

Ă‚me pure et mains blanches

« Monde commun » va se contenter d’allonger la liste des chapelles oĂą l’on veut jouer Ă  la politique sans devoir assumer quelque responsabilitĂ© politique. Le bonheur absolu de tous les vellĂ©itaires. Songez-donc Ă  la dotation exceptionnelle de la France en partis de gauche qui ne veulent surtout pas gouverner, surtout pas se salir Ă  gouverner! Le pays est gratifiĂ© de deux groupuscules trotskistes: Lutte ouvrière et le NPA de Besancenot-Poutou, rien que ça! Il comporte en outre une naine rouge sous le nom de PCF, un nouveau Parti de Gauche sauce MĂ©lenchon, des restes du Parti socialiste, le mouvement GĂ©nĂ©ration.s de Benoit Hamon et maintenant le « Monde commun ». Ouf ! Un, deux, trois, quatre, cinq, six, sept partis de gauche incapables de se parler entre eux mais qui viennent nous parler de « Monde commun »! Le processus est vieux comme les religions: puisque nous sommes incapables de travailler en commun, isolons-nous dans la puretĂ© idĂ©ologique. Et de lĂ , proclamons la vĂ©ritĂ©. Il ne restera plus alors au peuple Ă©bahi qu’Ă  se jeter Ă  nos pieds. Ă‚me pure et mains blanches! VoilĂ  donc l’idĂ©al de l’action politique. Stop Ă  l’imposture. Chacun a parfaitement le droit d’avoir des fantasmes, de les exprimer. Mais ces fantasmes lĂ , de grâce, ne les inscrivez pas Ă  la rubrique politique. Par respect pour les acteurs politiques; par respect pour les citoyens.

Creative Commons License Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Laisser une réponse

*